Auteur Sujet: Du côté de chez Crafty  (Lu 15543 fois)

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Du côté de chez Crafty
« le: 27 décembre 2012, 18:58 »
À la demande qui m'a été faite de partager l'expérience que je pourrais avoir acquis avec la CraftRobo, je vais tenter de répondre par un petit feuilleton : "Du côté de chez Crafty". N'ayez crainte, ce sera moins long que l'œuvre de Proust.
Ce feuilleton sera compose de deux saisons : "Les protagonistes" et "Les travaux pratiques", chacune regroupant plusieurs épisodes.
Je répondrai au fil de l'eau et autant que de besoin aux questions et/ou remarques que vous pourriez faire.

Saison 1 - Épisode 1
Où l'on présente l'auteur.
J'ai reçu une longue formation d'électronicien qui a commencée vers l'âge de 13 ans lorsque mon père, grand amateur de radio (on ne parlait pas encore a l'époque d'électronique) m'a appris à tenir un fer a souder et à réaliser quelques montages « à lampe » tels que des amplificateurs et en tout premier l'alimentation qui devait servir à les faire fonctionner : 6 V alternatifs pour les filaments et 350 V continus pour la "tension plaque". Cette formation s'est terminée lorsque j'avais 28 ans et que, après avoir quelque peu raté la faculté de sciences et au retour du Service National, j'ai obtenu un Diplôme Universitaire de Technologie d'Électronique option Automatique en cours du soir.
Ce diplôme m'ayant permis de changer de poste dans l'entreprise qui m'employait, je me suis donc consacré à la réalisation des moutons à cinq pattes en logique câblée dont avait besoin les autres laboratoires.
J'avais été intéressé, lors de mes études, par les rudiments de programmation que nous avions reçus. Afin de mieux posséder ces techniques, j'achetais une calculatrice programmable avec laquelle j'avais pu, malgré le peu de pas de programme possible, acquérir une première expérience. En parallèle, je me formais, par des lectures à l'utilisation des microprocesseurs que j'eus bientôt à mettre en œuvre au laboratoire.
Nous étions alors aux tout début de l'informatique personnelle et bien vite, un TRS 80 est venu s'installer à la maison. Mêlant la fabrication de cartes d'extensions avec la programmation en Basic, j'eus tôt fait d'en connaître tous les secrets, aidé en cela par une littérature abondante sur le sujet. Il fut remplacé un beau jour par un Apple II e, lui même remplacé par un Macintosh qui a eu quelques successeurs depuis. Tout cela m'avait permis d'aborder divers langages de programmation dont je conserve les documentations dans un tas de papier au grenier de ma maison de campagne.
Dans l'entreprise, des mutations diverses m'avaient amené au poste d'ingénieur système UNIX et de responsable du réseau local. Après une dizaine d'années je quittai ce poste pour terminer ma carrière en tant que Responsable Produit d'un logiciel que nous développions et commercialisions. Support aux commerciaux, formation des utilisateurs, interface ente les clients et les développeurs, cette activité m' à amené à la retraite voici quelques années.
Entre temps, j'avais, naturellement, appris à réaliser des sites internet d'abord en HTML puis en PHP et à me frotter à MySQL (les spécialistes comprendront).

Que retenir de tout cela pour la suite ?
  • que j'utilise presque exclusivement du matériel Apple,
  • que j'essaie de trouver, dans la mesure du possible, des logiciels libres,
  • que si je parle parfois de Voltaire ou de Casanova et bien que je ne sois pas notaire, je parle souvent de moi !
« Modifié: 27 décembre 2012, 19:05 par chris31 »
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #1 le: 27 décembre 2012, 19:04 »
Saison 1 - Épisode 2
Où l'on introduit Crafty
Au début était le Scrapbooking. Et le Scrapbooking est devenu le passe temps dieu pour beaucoup, surtout des femmes.
Le Scrapbooking est un loisir qui nous vient des States et qui consiste à coller une photographie sur un support et à l'accompagner d' un décor et de texte en rapport avec le sujet de l'image. Les divers embellissements peuvent être achetés tout faits ou être réalisés à la demande. Pour ce faire, un certain nombre de machines ont été mises au point pour emplacer les ciseaux où le cutter : perforatrices telle la Cuttlebug, découpeuses de formes et de lettres comme la CriCut, ces machines  permettant en plus, grâce à quelques accessoires de gaufrer le papier une fois découpé. Ces appareils sont autonomes et ne nécessitent rien de plus pour fonctionner.
Une nouvelle génération de découpeuses est apparue il y a quelques années : les CraftRobo de la société Graphtec, tables traçantes dans laquelle le media à découper est entraîné dans le sens Y, d'avant en arrière et une lame est entrainée dans le sens X de gauche à droite. Le media est collé sur une feuille de transport en plastic sur laquelle est déposée  une couche de colle repositionnable. La lame est placée dans un porte lame qui garantit la profondeur de coupe. C'est un ordinateur qui commande les mouvements en fonction du tracé à découper. Il existe plusieurs type de CraftRobo et plusieurs marques de machines telles, par exemple, celles de BlackCat. Silhouette ayant racheté Graphtec, les machines actuelles portent ce nom.
Le modèle que j'utilise est la C330-20 déjà un peu ancienne qui a les caractéristiques suivantes :
  • Taille de la découpe maximum : 200 x 1000 mm, cela dans le cas où l'on n'utilise pas la feuille de transport, ce qui ne nous intéresse pas outre-mesure. Il faut donc considérer que l'on peut découper, dans une feuille A4 une zone de 200 x 287 mm.
  • Vitesse de coupe : 10 à 80 mm par seconde.
  • Précision de coupe : dimension du pas mécanique, 0.05 mm ; Précision de répétition : 0.2 mm.
  • Profondeur de coupe : 0.1, 0.2, 0.3 mm réglables par changement d'embout de lame.
  • Possibilité de découpe de dessins pré-imprimés par détection de repères de coupe.
  • Interface USB 2.0
La machine doit être placée de façon à ce que la feuille puisse largement dépasser à l'arrière et à l'avant. Pour éviter quelques déboires il est recommandé de prévoir une rehausse à l'avant de façon à éviter à la feuille de transport de trop pencher vers le bas ce qui entraîne un décollement du media et des problèmes de découpe. Je vous présenterai, à la saison suivante, le bricolage que j'ai réalisé.
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne tyrphon

  • Administrateur
  • Membre contributeur
  • *****
  • Messages: 1785
    • http://www.tyrphon-trains.fr/
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #2 le: 28 décembre 2012, 02:39 »
Cela fait un certain temps que je suis intéressé par ce genre d'outil. Je vais donc suivre le topo avec intérêt. En attendant, il faudrait que j'apprenne à utiliser un logiciel de dessin.
Jean-Pierre "Tyrphon" Dumont

http://photos.tyrphon-trains.fr/

Hors ligne Yves 89

  • Membre confirmé
  • ***
  • Messages: 493
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #3 le: 28 décembre 2012, 08:34 »
Je suis sur la même longueur d'onde que Tyrphon.
Yves 89

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #4 le: 28 décembre 2012, 09:50 »
Le troisième épisode est en cours d'écriture, il présentera le logiciel Silouhette Studio qui est en téléchargement gratuit sur le site du constructeur.
Dans la seconde saison, si vous êtes intéressés je pourrai parler un peu des logiciels de dessin vectoriel et de leur utilisation (j'ai déjà commis un ou deux tutos que je pourrai placer ici).
À bientôt pour la suite  :)
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne Yves 89

  • Membre confirmé
  • ***
  • Messages: 493
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #5 le: 28 décembre 2012, 10:25 »
Nous sommes tout ouïe... Si j'ose m'exprimer ainsi! :D
Yves 89

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #6 le: 29 décembre 2012, 16:06 »
Bien, alors ouvrez bien vos oreilles, voici la suite  :D

Saison 1 - Épisode 3
Où l'on introduit Silouhette Studio
Lorsque j'ai acheté ma machine, Graphtec livrait avec elle deux logiciels :
  • RoboMaster, logiciel de dessin vectoriel qui permettait de conduire la découpeuse et qui fonctionnait exclusivement sous Windows.
  • Cutting Master, logiciel pourvoyant deux plug-in, un pour Adobe Illustrator et l'autre pour Corel Draw qui fonctionnaient soit sous Windows soit sous MacOS.
Depuis la disparition de Graphtec il ne subsiste qu'un logiciel : Silouhette Studio qui remplace RoboMaster et qui fonctionne sous Windows, MacOS et Linux. Plus de plug-in et donc un peu moins de possibilités graphiques. Mais pour moi qui n'avait jamais réussi à trouver une version pas trop chère d'Illustrator sur Macintosh et qui, de ce fait était obligé d'entretenir un PC au fond d'un placard pour faire tourner une version d'occasion dessus, la sortie de ce nouveau logiciel fut un bonheur : exit le PC.
Que dire de Silouhette Studio ?
C'est un logiciel de dessin vectoriel.
Deux mots d'explications avant de poursuivre la présentation, si vous le permettez.
Nos ordinateurs, ce n'est pas un scoop, ne connaissent qu'un type d'objet : le bit (pour Binary DigIT) qui peut prendre deux valeurs, 0 ou 1. Associés en mots de longueurs données, ces bits servent à coder toute l'information que l'informatique (le traitement automatique de l'information) peut traiter. Dans le cas du graphisme, il y a deux façons de représenter un dessin :
  • le mode bitmap, dans lequel chaque point de l'image est représenté par trois mots de 8 bits donnant l'intensité des trois couleurs primaires qui composent celle de ce point. Ce triplet est appelé un pixel . C'est le format utilisé par nos APN qui, la plupart du temps, compriment ces informations en utilisant un algorithme appelé JPEG :
  • le mode vectoriel, dans lequel les différentes lignes du dessin sont représentées par leurs coordonnées dans un repère cartésien auxquels on ajoute des données sur le style de la ligne : épaisseur, pointillé, couleur, etc. C'est le format utilisé par les logiciels de dessin technique. Ces lignes peuvent être regroupées en objet primitif tel que rectangle, ellipse, polygones, etc.
Le dessin vectoriel présente deux avantages par rapport au bitmap : la compacité des fichiers obtenus et l'indépendance par rapport à l'échelle de visualisation.
La compacité vient du fait qu'il faut stocker moins d'information pour coder un graphique en vectoriel qu'en bitmap. Si je représente, par exemple, en bitmap une ligne de 10 cm de long à 72 dpi de résolution, il me faudra 10 / 2,54 x 72 pixels, soit 284 en arrondissant. Ce qui représente 284 x 8 x 3 soit 6816 bits. La même ligne sera représentée en vectoriel par deux mots de 32 bits pour représenter ses extrémités et quelques mots, disons 3 ou 4 pour représenter son style. Soit 6 x 32, 192 bits.
Pour ce qui est de l'indépendance par rapport à l'échelle, deux petits schéma vaudront mieux qu'une longue explications. Voici deux triangles représenté l'un en bitmap, l'autre en vectoriel. Sur cette copie d'écran il semblent tout à fait semblable.


Faisons un zoom (environ 5 fois) dessus et comparons de nouveau.


On voit que le dessin vectoriel, à gauche, montre toujours des lignes pures, alors que la pixellisation du dessin bitmap apparaît rapidement.

Après cette longue digression qui me paraissait utile pour la bonne compréhension de la suite, revenons à Silouhette Studio.
Comme tout les logiciels du même type, il comporte un certain nombre d'outils :
  • un outil de sélection, qui permet de définir l'objet sur lequel on désire apporter des modifications,
  • un outil d'édition des points, permettant le les déplacer,
  • un outil de tracé de traits,
  • des outils de tracés d'objets primitifs, rectangle, rectangle à coins arrondis et ellipse,
  • des outils de tracés plus complexes, polygone, courbes de Bézier et dessin à main levé,
  • un outil de texte,
  • un outil gomme et un outil cutter qui permettent d'effacer et de découper des portions de graphique,
  • des outils de modification des styles de traits, de remplissage des objets, etc.,
  • enfin des outils spécifiques aux fonctions de la CraftRoobo.
Nous verrons par la suite l'utilisation de ces divers outils, pour l'instant vous pouvez, si vous le désirer le télécharger ICI et lire le manuel qui l'accompagne,voire bricoler un peu avec. Attention, cependant, je ne l'utiliserai que très peu dans la seconde saison pour des raisons qui vous seront expliquées dans l'épisode suivant  :-\
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne Yves 89

  • Membre confirmé
  • ***
  • Messages: 493
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #7 le: 30 décembre 2012, 11:48 »
Si je comprends bien Crafty et son logiciel "Silouhette Studio" fonctionnent sous Linux?
Yves 89

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #8 le: 30 décembre 2012, 12:37 »
Je ne connais pas de version Linux de SST, pour l'instant Silouhette ne distribue, à ma connaissance, que deux versions : "Windows XP and Higher" et "MacOS 10.6.8 and Higher", c'est à dire uniquement sur processeur Intel.
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #9 le: 04 janvier 2013, 10:34 »
Saison 1 - Épisode 4
Où l'on introduit Inkscape
D'aucuns vont se demander : « Pourquoi Chris nous parle-t-il d'un autre logiciel de dessin ? »
Pour comprendre, il faut faire un petit retour en arrière. Pas si petit d'ailleurs comme vous allez vous en rendre compte.

Aux débuts des ordinateurs à la pomme, Apple était très près de ses utilisateurs qui étaient un peu les pionniers de l'informatique personnelle, techniciens un peu fous qui n'hésitaient pas à mettre les mains dans le cambouis pour satisfaire leur envie d'aller de l'avant. C'était l'époque des Apple II et de leurs déclinaisons, IIe, IIc, IIGS et du Club Apple. Nous nous réunissions dans les locaux de l'agence toulousaine où nous échangions nos expériences et nos idées, écoutés par les professionnels qui nos recevaient. J'ai eu l'occasion, à l'époque, d'être « goûteur de logiciels », c'est à dire que je recevais des disquettes bourrées de logiciels libres et je devais en faire une évaluation sur des fiches que je renvoyais à la maison mère... Et puis, la concurrence d'IBM qui avait investit le monde de l'entreprise a beaucoup changé les choses, Apple s'est tourné vers ces entreprises essayant d'y placer sa nouvelle machine : le macintosh.
Les logiciels ont suivit la même voie, après les MacWrite, MacPaint et MacDraw qui étaient livrés gratuitement avec les machines, vint le temps de la filialisation de l'activité avec Claris. Les pionniers n'étaient pas encore totalement laissés sur la touche puisque nous avons servis de testeur pour les nouvelles moutures des applications. Cela dura un certain temps avant que tout bascule vers la recherche du profit avant tout.
Heureusement, en parallèle, une activité de libéralisation du logiciel se faisait jour avec, notamment Linux et ses différentes implémentations. Ceci permettait de remplacer petit à petit les applications propriétaires par des versions libres de droit. Le phénomène a pris une telle ampleur et s'est déployé sur tant de systèmes d'exploitation que ces versions sont devenues aujourd'hui aussi performantes si ce n'est plus que les payantes. Et c'est ainsi que sur mes machines, petit à petit, OpenOffice est venu remplacer la suite bureautique de Microsoft, [i]Gimp[/i] est venu remplacer Adobe Photoshop et qu'Inkscape est devenu mon logiciel de dessin vectoriel préféré.

Logiciel gratuit, Inkscape fonctionne, comme son compère Gimp pour le dessin bitmap, sous X11, un environnement graphique qui vient du monde Unix™ et qui a été porté sous pas mal d'OS.
Il comporte les outils classiques de ce genre d'application avec quelques particularités dont notamment deux concepts graphiques :
  • les objets, rectangle, ellipse, polygones, lignes diverses, qui conserve leur structure lorsqu'on les déforme,
  • les chemins qui sont des ensembles de points reliés par des traits et qui n'ont pas de structure propre. On peut transformer un objet en chemin et effectuer des opérations booléennes sur ces chemins.
Crafty ne connaît que les chemins, aussi il nous  faudra transformer tous nos objets avant d'exploiter le dessin sous SST.

Question subsidiaire, pourquoi dessiner sous Inkscape et pas directement sous SST ?
Là encore, il s'agit, pour moi d'une raison historique.
J'avais découvert Inkscape à un moment où je devais traiter des fichiers au format svg. J'y était bien habitué et il tournait confortablement sur mon macintosh qui a un écran de 24 pouces.
Lorsque je me suis équipé d'une CraftRobot, il était hors de question pour moi de dépenser dix fois le pris de la machine pour acheter Illustrator sur macintosh. Crafty était donc connecté sur un vieux PC sous W2K qui se languit au fond d'un placard. Et le seul logiciel de commande possible était RoboMaster qui, le moins que l'on puisse dire, était d'un basique affligeant.
Je pris donc l'habitude de dessiner sur une machine avec Inkscape, d'exporter les fichiers en dxf sur l'autre machine et de faire découper les fichiers dxf par RoboMaster.
Le pli était tellement pris que lorsque je trouvais chez l'Abbé une version d'occasion d'Adobe Illustrator, l'investissement intellectuel pour l'utiliser pour dessiner me rebuta, d'autant que le PC a un petit écran de 15 pouces et que je n'ai pas l'intention de le changer.

Silouhette Studio est plus évolué que ne l'était son prédécesseur, mais, là encore je n'ai pas trop envie de m'investir : je commence à bien posséder Inkscape, même s'il me reste de grands pans de fonctions que je n'ai pas encore utilisées.
Alors je me suis procuré, pour 40 euros,  la version payante de SST qui sait lire , entre autre, les svg et je dessine sous Inkscpae pour découper sous SST.
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #10 le: 04 janvier 2013, 10:37 »
Saison 1
 Bonus
Voilà, vous connaissez maintenant tous les protagonistes, la seconde saison va pouvoir débuter mais pas avant que j'ai quelque chose à donner à manger à Crafty. Pour le  moment elle est au repos, mais cela ne devrait pas durer trop longtemps.

Mais voici, pour vous faire attendre, un petit bonus que je vous livre : un petit tutoriel qui devrait vous permettre de faire vos premières armes avec Inkscape.
Bonne lecture et à bientôt.
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne tyrphon

  • Administrateur
  • Membre contributeur
  • *****
  • Messages: 1785
    • http://www.tyrphon-trains.fr/
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #11 le: 04 janvier 2013, 13:36 »
Merci Chris 31, mais me voila perplexe.
Je ne m'y connais pas du tout en logiciel de dessin, mais j'ai récupéré une ancienne version d'Illustrator.  Alors, vais-je m'investir dans Illustrator ou Inkscape? J'ai cru comprendre dans ton exposé qu'avec Illustrator, on pouvait directement attaquer Crafty, ce qui n'est pas le cas pour Inkscape.
Déjà, quel est celui qui se maîtrise le plus rapidement?
Jean-Pierre "Tyrphon" Dumont

http://photos.tyrphon-trains.fr/

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #12 le: 04 janvier 2013, 14:15 »
Salut Jean-Pierre,

Il y avait, effectivement, un plug-in Illustrator qui permettait de découper directement depuis ce logiciel. Cela avec les anciens modèles de CraftRobot comme le mien.
Avec la nouvelle génération et Silhouette Studio, ce plug-in a disparu. Il faut donc, soit s'investir dans SST, soit faire comme moi : Inkscape qui est relativement facile d'approche et permet de faire d'autres choses que simplement des dessins pour découper et la version Designer de SST.
Cela dit, Illustrator reste un excellent logiciel et certains, comme Prof, savent en tirer la substantifique moelle. Il a l'inconvénient, à mes yeux, de tout régler (taille, position des objets, styles...)  par des palettes qui finissent par encombrer tellement l'écran qu'on ne voit plus le dessin. Déjà, sous Inkscape, la palette de style et celle d'alignement finissent par être encombrantes, même sur mon 24 pouces et on est souvent obligé de les renvoyer se faire voir ailleurs  :(
Dans un autre ordre d'idée, je saurai t'aider si tu en as besoin avec Inkscape, beaucoup moins avec Illustrator.
Chris (31) Humbert - Toulouse

Hors ligne tyrphon

  • Administrateur
  • Membre contributeur
  • *****
  • Messages: 1785
    • http://www.tyrphon-trains.fr/
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #13 le: 04 janvier 2013, 18:26 »
Merci. Je vais donc télécharger Inkscape et faire mes premiers pas dans le dessin vectoriel.
Jean-Pierre "Tyrphon" Dumont

http://photos.tyrphon-trains.fr/

Hors ligne chris31

  • Membre contributeur
  • ****
  • Messages: 719
  • Echelle(s) pratiquée(s): H0e, On12, Sm, etc
Re : Du côté de chez Crafty
« Réponse #14 le: 04 janvier 2013, 19:37 »
Belle initiative et n'hésite pas à demander si tu rencontres un souci
Chris (31) Humbert - Toulouse