Techniques de modélisme > Electricité, électronique et DCC

Détecteur de présence de train.

(1/5) > >>

tyrphon:
Le projet d'automatisation du réseau modulaire HOe, présenté par Christian, nécessite l'emploi de détecteurs.
J'envisage moi-même d'utiliser de tels détecteurs sur mon réseau HOe en construction. Même si je ne compte pas l'automatiser dans l'immédiat, ils pourraient me servir à arrêter les trains au point voulu sans avoir à tenir compte de la longueur et de la position des prises de courant, ainsi qu'à gérer mes voies en coulisses plus ou moins cachées.

Après une petite discussion avec Bernard (M), il semble que de petites cellules photo-électriques placées entre les rails sont la solution la plus pratique. Mais j'aimerais en savoir plus sur ces détecteurs : références, taille, électronique associée, éclairage nécessaire...

chris31:
J'ai déjà répondu à cette interrogation dans un post sur l'autre forum.
J'ai testé ce système d'occultation d'une cellule par le convoi qui passe. Problème, une cellule dite photo-électrique est sensible, comme son nom ne l'indique pas, à la luminosité qu'elle reçoit. C'est d'ailleurs une de ses caractéristiques utilisée depuis longtemps par les photographes. Et l'occultation de la lumière ambiante n'est pas parfaite (on peut voir ce qui se passe sous un convoi). Le signal éclairé et le signal occulté sont donc de valeurs variables en fonction de l'ambiance lumineuse : le jour avec le soleil qui frappe au carreau, la nuit avec l'éclairage artificiel, par temps couvert, etc. Ceci entraine une mise au point pas très facile pour un non-électronicien (mesure des valeurs extrêmes, réglage de seuil de trier, etc.) et éventuellement un fonctionnement aléatoire.

J'ai donc abandonné la chose pour passer à l'infra-rouge. Deux écoles :
* émetteur  et récepteur sous la voie, nécessitant de coller un réflecteur sous les matériels à détecter ;
* barrière infrarouge.
J'ai opté, pour ma part, pour la seconde solution. Je suis d'ailleurs en train de concocter une barrière en impression 3D car si je réalise mon projet de gril automatique, il me faut une dizaine de détecteurs.
A suivre, donc...

netmetrique:

--- Citation de: chris31 le 26 mars 2017, 10:53 ---
J'ai testé ce système d'occultation d'une cellule par le convoi qui passe. Problème, une cellule dite photo-électrique est sensible, comme son nom ne l'indique pas, à la luminosité qu'elle reçoit. C'est d'ailleurs une de ses caractéristiques utilisée depuis longtemps par les photographes. Et l'occultation de la lumière ambiante n'est pas parfaite (on peut voir ce qui se passe sous un convoi). Le signal éclairé et le signal occulté sont donc de valeurs variables en fonction de l'ambiance lumineuse : le jour avec le soleil qui frappe au carreau, la nuit avec l'éclairage artificiel, par temps couvert, etc. Ceci entraine une mise au point pas très facile pour un non-électronicien (mesure des valeurs extrêmes, réglage de seuil de trier, etc.) et éventuellement un fonctionnement aléatoire.


--- Fin de citation ---

J'utilise depuis plusieurs années un système à base de LDR sur le système de va et vient DCC que je me suis fabriqué pour ma voie d'essai.

Je peux te garantir que le système est totalement fiable, et également totalement insensible au variation de l’éclairage ambiant (mais quand même pas dans le noir absolu), que cet éclairage soit naturel, lampe incandescente ou fluo,  et ce sans avoir besoin d'aucune mise au point délicate comme tu décris.

Il suffit de travailler en différentiel et de constituer chaque détecteur par deux LDR disposées entre les traverses dans le sens longitudinal de la voie et séparé de 1 ou 2 cm et de connecter électriquement ces deux LDR en série. En l'absence de train, comme les deux LDR reçoivent la même luminosité la tension au point commun, est égale à la moitié de la tension aux borne des deux (à la dispersion près des caractéristique de chaque LDR). Lorsque qu'un train passe au dessus de la première LDR, sa résistance augmente et modifie cette tension. Il suffit de détecter cette variation de tension par un comparateur. Il pourrait même être possible de déterminer ainsi le sens de parcours....

Les LDR que j'utilise font 5 mm de diamètre ce qui peut paraître gros, mais je travaille en O. Et de toute façon elle sont sur un module non décoré.

tyrphon:
Merci Christian et Bernard pour vos réponses. L'une ou l'autre des solutions conviendra très bien pour ma coulisse, mais c'est moins évident pour ma gare de croisement paysagée, car en HOe, ça se verra...

Bernard, à l'occasion, pourras-tu me fournir le schéma électronique de ton dispositif?  Et que se passe-t-il si le train recouvre les deux cellules?

Pour le dispositif de Christian, le schéma est certainement plus basique.


Yves 89:
Je suis avec grand intérêt les fils sur l'automatisation de la circulation sur les réseaux modulaires.
Je suis totalement ignare dans ce domaine.
Je suis néanmoins prêt à réaliser une "boucle à droite" pour la partie menuiserie et voie. Pour le câblage une collaboration sera nécessaire.
Ce ne sera sans doute pas avant octobre et sans doute en version pliante.
Un aspect du problème modulaire, y compris les coulisses, me préoccupe: l'encombrement, le poids, la maniabilité, la rapidité de montage, la transportabilité... peut on parler d'ergonomie.
Je crois qu'un fil sur le sujet s'impose...
à suivre...

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique